LA SECTION PERDUE

Une épopée de la Guerre d'Indochine

Un film sur le courage des combattants durant la Guerre d’Indochine.

LA SECTION PERDUE… un film écrit, réalisé et produit par Philippe DEBOST,

sur une musique originale composée par Cédric OLEON.

LE FILM

LA SECTION PERDUE raconte les derniers jours des hommes de la section du poste de Dao Banh durant la guerre d’Indochine. Un film sur le courage de ces soldats qui vont au bout de leur engagement et de leur honneur.

L’HISTOIRE DU FILM

LE TOURNAGE DU FILM

LES PERSONNAGES DU FILM

LA CARRIERE DU FILM

LE FILM, L' HISTOIRE

L’histoire se déroule en Indochine, en Mars 1954. Le commandement Français de Hanoi donne l’ordre au Lieutenant d’un poste avancé dans le Nord, de détruire le matériel intransportable et de rejoindre la garnison de Dien Bien Phu à 200 km de là.
Sur le trajet, la petite troupe va se trouver confrontée aux embuscades du vietminh à ses trousses.
Une épopée moderne qui mêle histoire, honneur et drame.

LE POSTE DE DAO BANH

NORD TONKIN, MARS 1954.

La garnison du poste commandé par le jeune Lieutenant D’HUBERT subit les assauts répétés du Vietminh depuis près de trois mois.

La section est constituée de soldats coloniaux français, ainsi que de supplétifs Vietnamiens, et l’effectif se réduit comme peau de chagrin au fur et à mesure de l’intensité des attaques.

Nombre de soldats sont déjà morts. Une ultime attaque fait de lourds dégâts sur l’enceinte fortifiée du poste et de nombreux morts parmi les soldats.

Le lieutenant fait un compte-rendu de la situation à l’Etat-Major de Hanoi.

Ces derniers lui donnent l’ordre d’abandonner le poste, de détruire l’armement lourd et les matériels intransportables, et de se rendre avec les survivants en direction d’un autre poste, dans la vallée de Muong Than, à 5 jours de marche de là.

Le Lieutenant annonce les ordres à ses cadres, dont font partie le Chef Berry, ancien de l’Armée de Lattre et le Sergent Kléber, ancien engagé de la LVF.

Lors d’un rassemblement, le Lieutenant annonce la nouvelle à ses hommes qui prennent plus ou moins bien la nouvelle.

Toutefois, la petite troupe s’organise pour le grand départ.

Étrangement, les attaques du vietminh se sont calmées, comme si il savait que le poste va être abandonné…

Le lendemain, la longue marche débute à travers la jungle, tandis que les charges de destruction finissent d’achever le matériel et le poste français de Dao Banh.

EN ROUTE POUR LA VALLEE DE MUONG THAN

Près de 200 km les séparent de leur destination.

Les survivants du poste de Dao Banh coupent au plus court au travers de la jungle hostile.

Sur la route semée d’embuches naturelles, le vietminh y a placé des pièges et des embuscades.

La moitié des hommes y laissera sa peau dans les premiers jours de marche.

Le Lieutenant D’HUBERT, le Chef BERRY, le sergent KLEBER, le radio « Eddie » et le « Doc », se retrouvent alors seuls pour poursuivre leur fuite en avant.

Le jeune Lieutenant D’Hubert, engagé en Indochine pour défendre l’occident contre la menace communiste en cette période de guerre froide, qui s’appuyait jusqu’alors sur le Chef Berry, vieux briscard de tous les combats depuis 1940, va soudainement se transformer en une « bête de guerre » humaine voulant absolument stopper la perte de ses hommes…

Peu en réchapperont, tel le Caporal-chef DEVESO, et connaitront d’autres combats, comme ceux de Dien Bien Phu, puis les camps d’internement Vietminh…

DIEN BIEN PHU

Mai 1954, vallée de Muong Than, autrement dit Dien Bien Phu.

Le « Doc » est retrouvé épuisé le long de la rivière Na Youm, près du poste du camp retranché bis d’ « Isabelle ».

C’est une patrouille de légionnaires qui le découvre et récupèrent également les lettres du Lieutenant.

DEVESO, remit sur pied, se battra jusqu’à la fin des derniers jours de Dien Bien Phu. Le camp principal tomba le 7/05/1954, « Isabelle » le 8.

Il partira avec ses nouveaux compagnons d’arme pour une longue marche vers les camps Vietminh où il subira les privations, les brimades, les tentatives d’endoctrinement communiste.

En septembre 1954, suite aux accords d’Evian, lui et certains de ses camarades encore en vie, retrouvent la liberté à Vin Yen.

RETOUR EN FRANCE, LA PROMESSE

Rapatrié en France, le « Doc » devenu Sergent, tiens la promesse du Chef BERRY au Lieutenant mourant de donner ses lettres à sa femme en France.

Lettres qu’il avait heureusement confiées au dernier avion qui avait pu atterrir sur la piste secondaire d' »Isabelle ».

Il se rend au domicile de la veuve, avant de rempiler pour une nouvelle guerre coloniale en Afrique du Nord.

Quant au Chef BERRY, son corps ne fut jamais retrouvé. Sans doute est-il encore vivant, quelque part en Indochine…

LES PERSONNAGES

Les personnages de LA SECTION PERDUE sont représentatifs des hommes qui combattirent durant la guerre d’Indochine. Les troupes françaises des postes Français positionnés le long de la frontière avec la Chine au Tonkin, étaient constituées de cadres métropolitains, comme le Lieutenant, le Chef Berry ou les Sergents et Caporaux-chefs, mais également de troupes dites « autochtones », à savoir des engagés Vietnamiens et des supplétifs, troupes civiles engagées pour renforcer les troupes régulières.

Face à eux, les forces rebelles communiste du leader Hochiminh, le « Vietminh », étaient constituées à la fois de troupes régulières en uniforme équipées et entrainées par la Chine, et de forces rebelles, vêtues de vêtements noirs traditionnels.

Ces dernier étant mêlés à la population, ils étaient difficiles à déceler et faisaient plutôt des attaques furtives contrairement aux troupes régulières plus conventionnelles comme lors de la bataille de Dien Bien Phu.

Lieutenant D'HUBERT

Issu d’une famille bourgeoise, il est tout frais émoulu de Saint-Cyr et aurait pu éviter l’Indo, mais à sa demande il se retrouve dans ce pays lointain de France pour, en quelque sorte, faire sa croisade de l’occident contre le Bolchévisme.

Voyant d’abord BERRY comme un mentor, il va finalement s’opposer à lui voulant sauver tous ses hommes.

Sergent-chef BERRY

Vieux briscard qui a connu les combats de la seconde guerre mondiale de l’Afrique à l’Allemagne. Il rempile dès 1945 pour l’Indochine.

Dur mais proche de ses hommes, il n’en est pas moins un chef qui prime l’efficacité à l’émotion, afin de sauver le plus grand nombre au détriment d’un seul.  

 

Caporal-chef DEVESO alias "Doc"

Réfugié avec sa famille de la guerre d’Espagne en France, il s’engage dans la résistance durant la seconde guerre mondiale.

Nationalisé suite à ses hauts faits d’arme face aux nazis, il s’engage dans l’armée française pour combattre en Indochine.

Il poursuivra sa carrière en AFN, mais ceci est une autre histoire.

Sergent KLEBER

Alsacien, farouche anti-communiste il s’engage dans la LVF puis rejoint finalement les rangs de la résistance après l’assassinat de sa famille par les nazis.

A la fin de la guerre, il doit s’engager en Indochine pour se faire pardonner de son engagement auprès des troupes allemandes et éviter la prison.

Très endurci on pourrait croire qu’il n’a plus de sentiments humains, mais il est très attaché à ses frères d’armes pour lesquels il est capable d’aller jusqu’au sacrifice ultime.

Radio ALBERTOWSKI alias "Eddie"

Réfugié Polonais avec sa famille de la seconde guerre mondiale, il rejoint la résistance malgré son jeune âge.

Il est le plus jeune soldat de la section. Radio du poste de Dao Banh, il est arrivé en même temps que le Lieutenant.

Une certaine complicité fraternelle s’est liée entre les deux.

Caporal-chef TRAN

Vietnamien fidèle à la France, il a combattu l’invasion Japonaise durant la seconde guerre mondiale.

Il est un fervent défenseur de son pays contre le communisme et son bras armé, le vietminh, qu’il a toutefois cottoyé lors des combats contre les japonais.

Il participe à l’encadrement des troupes vietnamiennes et supplétives du poste de Dao Banh depuis quatre ans.

Caporal DARNAY

Soldat du poste de Dao Banh

Le tireur d'élite

Soldat du poste de Dao Banh

Caporal-chef DESIRE

Soldat du poste de Dao Banh

Soldat GERVAIS

Soldat du poste de Dao Banh

Soldat Armée Française

Soldat Vietnamien du poste de Dao Banh

Soldat Armée Française

Soldat Vietnamien du poste de Dao Banh

Madame D'HUBERT

La veuve du Lieutenant D’HUBERT

Nadia

La gouvernante des D’HUBERT

Soldat Français

à Dien Bien Phu

Soldat Français

à Dien Bien Phu

Adjudant

à Dien Bien Phu

Soldat Français

du poste de Dao Banh

Rebelle Vietminh

Troupes communistes

Rebelle vietminh

Troupes communistes

Rebelle vietminh

Troupes communistes

Rebelle vietminh

Troupes communistes

Rebelle vietminh

Troupes communistes

Rebelle vietminh

Troupes communistes

Le forgeron du village Français

La mère et ses enfants

Village Français

LE TOURNAGE DU FILM

LA SECTION PERDUE qui raconte les derniers jours des hommes de la section du poste de Dao Banh durant la guerre d’Indochine, a été tourné en France entre 2010  et 2011, en France, dans l’Allier.

LE POSTE DE DAO BANH

L’équipe s’installe sur la commune de Seuillet dans l’Allier pour une grosse semaine de tournage intensif du 24 au 30 juillet 2010.

Le premier jour sera consacré à l’aménagement du décor du poste de Dao Banh reconstitué dans une ferme isolée de la commune prêtée gracieusement par Madame Le Maire. Puis en milieu d’après-midi et en soirée, seront tournées les séquences de combat du poste.

Le dimanche, les séquences intérieures du poste viennent compléter ce premier week-end bien chargé qui annonce le rythme du reste du tournage.

Malgré, le bon déroulement du tournage, certaines séquences seront retournées lors de la seconde session de tournage le samedi 14 mai 2011.

Trois nouveaux personnages ont été créés pour l’occasion : le CCH TRAN et les soldat XAÏ et THY, qui représentent les engagés autochtones vietnamiens du côté de la France.

Pierre Henri ROYER qui aurait dû être Eddie dans le script original, prend finalement le rôle de remplacement du Caporal-Chef DÉSIRÉ « un gars de la Réunion« .

Pour le reste, Fabien PACAUD, Jean-Yves CASTELAIN, Sergio PARAFITA, Patrick COFFY et Anton IVANOV pour les rôles titres et les autres comédiens de juillet 2010, pour les seconds rôles, sont à nouveau de la partie et ont renfilés leurs treillis modèle 47…

Certaines séquences finales du tournage de l’été 2010 ont été également retournées comme le rassemblement du Poste de Dao Banh, nouvel effectif oblige.

LA MARCHE DANS LA JUNGLE

Les séquences de la marche dans la jungle, débutent le lundi juillet. Toute la semaine qui suit l’équipe tournera chronologiquement les séquences de l’histoire en partant toutefois de la journée où seuls restent les personnages principaux du Lieutenant D’HUBERT, du Chef BERRY, du « Doc » DEVESO, de KLEBER, et de Eddie, et celui du tireur Fusil-mitrailleur.

Les séquences antérieures seront finalement prévues ultérieurement au printemps 2011 avec des comédiens figurants supplémentaires et ceux du tournage du poste qui n’étaient pas disponibles.

Les journées sont longues car l’équipe débute à 8 h les périodes de tournage et les nuits courtes, car le débriefing dure souvent jusqu’à minuit.

Mais l’équipe est bien soudée et rôdée, et la fatigue s’installant sert pleinement l’idée du réalisateur.

La presse locale passe sur le tournage afin de faire un article. Celà coupe un peu la journée, mais « mes troupes pouvaient alors profiter d’un petit repos avant de rattaquer » confie le réalisateur.

Ainsi, les journaux La Montagne, La semaine de l’Allier,… viendront dans cette « jungle » reconstituée observer ces curieux bonhommes projetés dans une Indochine cinématographique.

Le dernier jour de tournage de cette première période s’achève le vendredi 29 juillet.

Chronologiquement calée, elle tombe sur la dernière séquence de jungle des survivants de la section : BERRY, DEVESO, KLEBER, avec la mort de ce dernier. Mais la fatigue aidant et le fait que une soirée de remerciement des partenaires se déroulait le jour même en fin d’après-midi, la « mort de KLEBER » fut « bâclée et on ne vit même pas qu’on tournait à côté d’un beau tronc coupé alors que on été censés être au milieu de la jungle vierge ! » (Le réalisateur).

Le samedi 14 et le dimanche 15 mai 2011, les séquences manquantes ou à retourner sont réalisées concernant  les premières journées de marche dans la jungle de la section dans la chronologie du film et la fin du film, notamment la séquence de la mort de Kléber (joué par Patrick COFFY) qui ne satisfaisait pas le réalisateur et avait été « baclée » lors de la fin de la session de tournage de l’été 2010.

Toute l’équipe était très heureuse de se retrouver pour achever la grosse partie du tournage des séquences de « jungle ».

Une ambiance bonne enfant, comme à l’accoutumée à l’époque du tournage, qui permit de travailler dans de bonnes conditions.

DIEN BIEN PHU - "ISABELLE"

Le tournage des séquences du Caporal-Chef Deveso à Dien Bien Phu fut totalement réalisé sur la journée du samedi 30 juillet 2010.

Le gros du décor fût réalisé la veille par l’équipe technique avec le renfort d’une pelle mécanique pour reconstituer la tranchée.

Les répétitions de la séquence de la récupération de Deveso par les soldats d’ »Isabelle » se déroulèrent une partie de la matinée, puis l’après-midi fut consacré à celle des combats de Dien Bien Phu, avec les effets spéciaux pyrotechniques à l’appui.

En fin de journée, toute l’équipe pouvait souffler. Une bonne partie des séquences du film était dans la boîte !

LE VILLAGE EN FRANCE

Le tournage des séquences du retour en France du désormais Sergent DEVESO (Sergio PARAFITA), le seul (à priori…) survivant de la section du Lieutenant D’HUBERT se déroule le samedi 11 septembre 2010 dans le village de Seuillet, à nouveau réquisitionné pour l’occasion.

De bonne heure le matin, l’équipe logistique se charge de démonter et camoufler les panneaux modernes, de façon à faire replonger le petit village dans les années 50.

Les membres du club auto de Vichy est de la partie et est venu pour faire de la figuration active avec leurs belles autos d’époque.

Certains des membres de l’équipe de comédiens qui n’étaient toutefois pas concernés par les séquences viennent donner un coup de main, comme le regretté Jean RATTINA qui assistera le réalisateur sur cette journée.

La matinée monopolise le centre du bourg. Certains « autochtones » râleront les routes étant bloquées aux véhicules modernes pour éviter tout anachronisme, mais dans l’ensemble la popultaion est enchantée, puisque certains ont été enrôlés pour jouer de la figuration comme Roger le « forgeron ».

L’après-midi, le village retrouve son époque, et l’équipe se concentre sur la maison qui sert de décor à celle de la femme du Lieutenant D’HUBERT. Encore Madame le Maire qui prêtera amicalement une partie de son rez-de-chaussée pour l’occasion.

Deux nouvelles « recrues » ont rejoint l’équipe, Virginie BRUNIER qui joue la veuve du Lieutenant et Nadia THEUIL sa gouvernante.

Le réalisateur assisté de son fidèle ingénieur du son mettent en boîte les séquences entre deux fou-rires des comédiennes.

L’équipe en fin de journée arrose la fin de cette seconde session de tournage et se donne rendez-vous en mai de l’année suivante pour finaliser le tournage.

LA POST-PRODUCTION

La post-production débute en novembre 2011. Le réalisateur effectue le gros travail de visionnage des rushes des tournages, afin de sélectionner les séquences du montage.

C’est là qu’il se rend compte que certaines séquences ne sont pas parfaites, comme la mort du Sergent KLEBER.

Parallèlement, Cédric OLEON, en plus de sa casquette d’ingénieur du son coiffe également celle de compositeur et commence à travailler sur les séquences musicales du film ainsi que les enregistrements sonores des dialogues et de l’ambiance naturelle.

La première bande annonce est réalisée et diffusée en mars 2011 pour annoncer l’arrivée du projet.

Toutefois, le gros du travail de la première post-production aura lieue de mai à septembre, puisque la date butoir de l’avant-première a été un peu trop vite diffusée aux partenaires du film par le directeur de production.

Cette première mouture du film qui dure 2 h 15, ne satisfait pas vraiment le réalisateur, et il remet les bouchées doubles avec son binôme ingénieur du son pour finaliser une version plus courte du film qui sera de 1 h 50.

Un aléa malencontreux avec un technicien d’effets spéciaux bloquera le montage pendant plus d’un mois, mais faisant des journées doubles en plus de leur travail initial, Philippe DEBOST et Cdric OLEON aboutissent à la nouvelle version finale en mai 2012.

Ils visionnent plusieurs fois le film pour être bien sûr du résultat et lancent la production du DVD qui sortira fin juillet 2012.

Les fans de la première heure peuvent enfin recevoir le DVD qu’ils ont précommandé et les nouveaux le découvrir.

A noter que la séquence finale du retour en France de DEVESO est inédite pour celles et ceux ayant assisté à la première, puisqu’un problème technique en empêcha sa projection.

Il restera une séquence inédite du film, celle du « Doc » se préparant à l’hôtel pour rejoindre le domicile de la veuve du Lieutenant D’HUBERT. Mais elle sera dans les bonus du prochain making of  anniversaire du film. A suivre ici même…

LA CARRIERE DU FILM

LA SECTION PERDUE dans sa version définitive de 1h50 sera achevée en mai 2012. Le DVD du film sortira fin juillet. Les premiers à le découvrir seront les membres de l’équipe et les personnes qui ont précommandé en souscription dès le mois de septembre 2011. 

La presse a couvert largement le tournage. La sortie du film fut cependant entâchée par deux des membres du tournage qui ont souhaité mettre da zizanie au sein de l’équipe pourtant soudée durant tout le tournage. Au bout de deux ans, le réalisateur mit fin à cette dissidence, mais le mal était fait et la participation du film a deux festival notoires fût avortée.

Restait cependant la possibilité de faire des diffusions privées, notamment auprès des soldats actuels et anciens combattants que le réalisateur côtoyait lors de ses missions en tant que réserviste.

Le film poursuit désormais sa petite carrière par DVD ou diffusé sur les chaines Dailymotion de DEPHPROD et LADE PROD MEDIA.

En 2022, une projection spéciale pour les 10 ans de la sortie du film aura lieue avec la participation de certains des comédiens du film. Pour l’occasion un making of sera réalisé et proposé avec la nouvelle édition du DVD.

DANS LA PRESSE

LES PROJECTIONS

Pour contacter l’équipe du film ou du site internet utilisez le formulaire ci-dessous :

*Tous les champs sont obligatoires. Vos données ne seront pas revendues à des tiers. Voir les CGU.

Tous les éléments présentés dans cette page sont protégés par le droit d’auteur. Ainsi toute utilisation publique, commerciale ou non, est interdite sans l’accord préalable de DEPH PROD et de leurs auteurs respectifs. (Voir la page des CGU)

(c) 2021- DEPH PROD et Philippe DEBOST – Design www.phildranx-studio.fr sur base WordPress – Tous droits réservés